Postmarxism + Marketing 2.0 + Math. Logic = ArtWar(e)
Hype Analysis

Figure out how our hype analysis works. Discover the inertia of concepts through time, their emergence and obsolescence, and how plagiarism plays an essential role in art history.

WHAT ARE HYPE CYCLES?

A «Hype Cycle» is a graph showing the life cycle of a technology or of a concept, from its emergence to its obsolescence.

Méthodologie du média curating

Un des principaux objectifs d'ArtWar(e) est de visualiser dans les réseaux sociaux, des vagues d’émergence, d’obsolescence, et des phénomènes d’import-export de concepts artistiques, comme de repérer des formats. Contrairement à l’histoire de l’art qui nomme les formes une fois qu’elles sont devenues identifiables et formatées, ArtWar(e) cherche à détecter ces tendances au moment de leur émergence, alors qu’elles n’ont encore aucun nom et qu’elles n’ont pas reçu le label d’art.

Détection des émergences dans la communauté Artwar(e)

Ce graphique montre l'évolution des centres d'intérêts des utilisateurs d'Artwar(e) sur Facebook. Il permet de détecter des changements d'activité dans la communauté. Ces changements révèlent en général trois types de phénomènes :

  • apparition d'un nouveau média
  • phase de diffusion forte d'un média existant
  • occurrence d'un événement dans l'actualité

L'activité sur le réseau social Facebook est centrée pour l'essentiel autour de trois types d'action : aimer, commenter, partager. Ces trois actions cumulées forment le concept d'activité totale. Facebook est en phase de transition, passant du Social Graph à l'Open Graph. L'open Graph a la particularité de pouvoir intégrer de nouvelles actions, dont la liste n'est pas restreinte, et qui seront analysables/quantifiables de la même manière : voir, lire, écouter, référencer, rechercher, trouver...

Toutes ces actions, qualitatives, sont comptabilisées pour servir à des statistiques, et nous permettre de détecter les émergences en cours. Néanmoins, les commentaires revêtent un intérêt particulier pour notre analyse, puisqu'ils permettent d'identifier les contenus et le mode de relation entrenenu par l'acteur à propos du média commenté. Le langage utilisé dans les commentaires est analysé afin de spécifier notamment le type de média rencontré, ce qui permet, par exemple, de distinguer les médias traitant de politique, de marques, de divertissement ou d'art contemporain.

Graphe des échanges dans un réseau social

Un réseau social est constitué de personnes (représentées par des noeuds) en relation deux à deux (représentée par un lien). Sur Facebook, la relation est être ami de. Cette relation doit être acceptée par les deux personnes concernées, mais peut être révoquée unilatéralement. D'autres types de relations existent, comme celle de suivre l'activité de, qui ne nécessite pas d'acceptation.

Les amis sur Facebook échangent du contenu (médias, posts, commentaires), et ce contenu peut être éventuellement partagé. Chaque média se diffuse de personne en personne (par l'intermédiaire des "murs" de Facebook et surtout de l'action partager), et il est aussi possible de commenter ou aimer un média partagé par un ami. L'action de commenter ou aimer un média partagé permet alors d'identifier des "partageurs passifs" du média concerné.
Ces différents modes de partage permettent de caractériser et mesurer la diffusion des médias.

Le graphe ci-dessous présente un autre réseau que le réseau social. Les points sont des utilisateurs de Facebook, les liens relient les utilisateurs qui partagent un même média. Les médias sont identifiés par l'artiste contemporain dont il est question dans le média. Ce média peut être une page présentant une oeuvre d'art, le compte facebook de l'artiste, un article de presse, un fil de discussion sur l'art...
Ainsi, les profils facebook sont rapprochés en fonction de la densité de connexions qu'ils ont sur les différents artistes contemporains concernés. Au plus ils partagent un intérêt élevé pour les mêmes artistes, au plus leurs points sont proches dans le graphe. De même, le positionnement des noms d'artistes indique une proximité élevée entre les utilisateurs parlant de ces artistes, et donc une communauté sociale concernée par ces médias. Ce graphe n'est donc pas un graphe social relevant de la relation être ami de..., mais de la relation partager un intérêt pour l'artiste ....

La construction de ce graphe nécessite plusieurs étapes.

  • repérage des médias traitant d'art contemporain ou d'artistes contemporains
  • détection des utilisateurs partageant le média
  • regroupement des médias par artiste contemporain concerné
  • génération du graphe des relations entre personnes ayant été actives sur un média concernant l'artiste

Identification des communautés par similarité des échanges de médias (homophilie)

Une communauté peut se définir a priori (la communauté des artistes par exemple ou celle des collectionneurs...). Mais il est ici bien plus intéressant de considérer qu'une communauté est un complexe variable qui se définit a posteriori, et qui est sujet a des redéfinitions de frontières incessantes. On définira une communauté comme un ensemble d'amis qui se comportent momentanément de manière similaire en ce qui concerne les échanges de médias. Par exemple :

Un projet de Christophe Bruno et Samuel Tronçon | 2012 | Résurgences | Centre d'Art Contemporain D'Embrun | Propulsé par le framework aktone